Monthly Archives: January 2015

downtown Houston & its playful squirrels…:-)

ces petites “créatures” pensent que les gratte-ciel sont des séquoias géants sans tiges et sans branches… 🙂 on devrait leur coller des feuilles et si elles tombaient, on en remettrait d’autres… on a tous besoin de croire, d’avoir confiance, de savoir qu’on peut donner tout son cœur à un projet, à un homme ou à une femme… alors, on se sent fort et on défie le monde, mais si on doute, on aura peur; on hésite, on chancelle, on trébuche, on ne sait plus rien, on est plus sur de rien… nous connaissons tous des gens qui ne nous apportent rien, ne nous éclairent pas, ne nous nourrissent pas, ne nous donnent pas d’élan… et puis, un jour, on croise une personne que l’on connaît à peine, qui nous dit un mot ou une phrase, nous accorde une minute ou une 1/2h et ces moments-là changent le cours de notre vie… voilà que soudain des urgences et des priorités nous rappellent et nous poussent à suivre nos rêves, à nous poser des questions qui ébranlent les fondements même de notre existence… comme ça, nous sommes dans notre vie, au bon endroit, pas à côté – sans se forcer et se tortiller pour plaire aux autres, mais rester simplement nous-mêmes… 🙂

P.S. il semble que les espiègles écureuils cachent tellement bien leur nourriture qu’ils sont souvent incapables de la retrouver, mais… leur oubli a qqchose de lumineux et mystérieusement sage… 🙂

This slideshow requires JavaScript.

these tiny “critters” think that skyscrapers are giant sequoias with no stems and no branches… 🙂 we should glue leaves to them and if they fell, we’d add up others… we all need to believe, to trust, to know that we can give all our heart to a project, a man or a woman… so we do feel strong and we challenge the world, but if we doubt, we’ll be scared; we hesitate, we stagger, we stumble, we dunno anything, we’re sure about nothing… we all know people who bring us nothing, don’t enlighten us, don’t nurture us, don’t boost us… and then, one day we meet a person we barely know, who says a word or a sentence to us, grants us a minute or 1/2h and those moments change the path of our life… all of a sudden, emergencies and priorities remind us and urge us to follow our dreams, to ask ourselves a few questions that shake the very foundations of our existence… thus, we are in our own life, at the right place, not next to it – without forcing and squirming to please the others, but simply being ourselves… 🙂

P.S. well, it seems that the playful squirrels hide their food so well that they’re often unable to find it, but… their forgetfulness has something bright and mysteriously wise… 🙂

Parque Nacional Volcán Poás – Costa Rica…

toute notre vie, on monte et on descend, parfois dans la brume et le froid… dès l’aube, nous sommes partagés entre la joie et l’appréhension des bruits de la forêt, on sent que des êtres invisibles y luttent afin d’accéder à la lumière… nous sommes éblouis par la beauté et la majesté des arbres: l’arbre national Guanacaste, le Ficus étrangleur, les Acacias qui vivent en symbiose avec les fourmis, les immenses Ceiba, le Guarumo – arbre préféré des paresseux, le Cortes Amarillo dont les fleurs jaunes illuminent les 3 premiers mois de l’année, le Flamboyant, l’Amandier qui nourrit les aras, l’Ilan dont les fleurs servent à la fabrication du célèbre Chanel n°5…

ce paysage en appelle à la rêverie: un décor étrange, tonnes de cendres, l’écume des nuits ardentes et des mots volcaniques… au bout du sentier qui traverse les bois de magnifiques fougères arborescentes, le temps devient magmatique et reste suspendu au-dessus de notre mémoire affective… la lave de tes yeux coule dans mon cœur, elle embrasse mon âme et nous réalisons le sens évident de la sérénité… voici l’amour sans limites dont la faim est incommensurable car notre présent est au-delà de tout volcan… P.S. le nom Poás dérive d’une sorte d’arbuste abondant dans la région, ressemblant à une aubépine, avec des épines fourchues…

This slideshow requires JavaScript.

all along our lifetime, we go up and down, sometimes in the mist and in the cold… at dawn, we listen with joy and apprehension to the sounds of the forest, we feel that invisible beings struggle to reach for the light… we are dazzled by the beauty and majesty of the trees, the national one Guanacaste, strangler Ficus, Acacias living in symbiosis with ants, the huge Ceiba, the Guarumo – the favourite tree of the sloths, Cortes Amarillo whose yellow flowers brighten the first 3 months of the year, the Flamboyant, the almond tree that feeds the macaws, the Ilan whose flowers are used to make the famous Chanel No. 5…

this landscape calls to daydreaming: an incredible strange background, tons of ashes, the foam of hot nights and volcanic words… at the end of the pathway across the splendid fern woods, time turns into magma and remains suspended above our affective memories… the lava of your eyes flows into my heart, it kisses my soul and helps us realize the obvious meaning of serenity… here is boundless love whose hunger is immeasurable ’cause our present is beyond any volcano… P.S. the name Poás derives from a kind of common shrub that grows in this area and looks like a hawthorn, with forked thorns…

%d bloggers like this: