“Je vois ton visage dans chaque lever du soleil…”

“Je vois ton visage dans chaque lever du soleil et les couleurs de la matinée se reflètent dans tes yeux. Le monde se réveille à la lumière du jour. Je lève les yeux vers le ciel et je te dis:’Tu es magnifique.’ Ça fait mal de se laisser aller. Parfois, il semble que plus on essaie de s’accrocher à quelque chose ou à quelqu’un, plus il veut s’éloigner. On se perçoit comme une sorte de ‘criminel’ d’avoir ressenti, d’avoir désiré. D’avoir voulu être désiré. C’est déroutant, parce qu’on pense que nos sentiments étaient erronées et ils nous font sentir si petits, parce qu’il est si difficile de les garder en nous, car après les avoir laisser sortir, ils ne reviennent pas. On nous laisse tellement seuls que nous sommes incapables de l’expliquer. Bon sang, il n’y a rien comme ça, n’est-ce pas?! J’y étais, et toi, aussi. Oui, tu hoches la tête…”(Henry Rollins)
* * *
tes mots doux tombent et glissent comme des rayons de Lune dans mon cœur… même si le temps perd ses heures, ses dimensions resteront suspendues pendant quelques instants… je m’envolerai loin, où mes rêves me porteront, vers une constellation sans jour, ni aube, car rien ne finit complètement… j’y retrouverai nos pensées, nos émotions, nos désirs, ainsi que l’espoir de l’amour éternel… 🙂

This slideshow requires JavaScript.

“I see Your face in every sunrise, and the colors of the morning are reflected inside Your eyes. The world awakens in the light of the day. I look up to the sky and say, ‘You’re beautiful.’ It hurts to let go. Sometimes it seems the harder you try to hold on to something or someone, the more it wants to get away. You feel like some kind of ‘criminal’ for having felt, for having wanted. For having wanted to be wanted. It confuses you, because you think that your feelings were wrong and it makes you feel so small because it’s so hard to keep it inside when you let it out and it doesn’t come back. You’re left so alone that you can’t explain. Damn, there’s nothing like that, is there? I’ve been there, and you have, too. Yeah, you’re nodding your head…”(Henry Rollins)
* * *
your loving words are like Moon rays that fall and slide down into my heart… even though time loses its hours, its dimensions will dwell suspended for a while… I’ll fly away, wherever my dreams will carry me, to a constellation with no day, no dawn, since nothing ends up… I’ll find up there our thoughts, our emotions, our desires, and the hope of the eternal love… 🙂

”y a quelque-chose de magique entre toi et moi…” ❤
http://www.youtube.com/watch?v=9mTigA06ut8

Advertisements

About Mél@nie

https://myvirtualplayground.wordpress.com/about/

Posted on 6 October 2015, in melanie. Bookmark the permalink. 9 Comments.

  1. C’est une très belle et émouvante citation. Bonne journée à toi, Mo

  2. Wonderful and amazing, Melanie!

  3. Henry Rollins words are beautiful but yours have tears edging down my cheek so evocative and delicate 🙂

%d bloggers like this: