Search Results for words

along oak lane, words are like acorns…:-)

motto:”Les mots sont comme les glands… de chacun d’eux ne poussera pas un chêne, mais si tu en as assez, tu seras en mesure d’avoir un arbre, tôt ou tard.”(William Faulkner) – @”les mots sont comme des glands”… ou des amuse-gueule, mise-en-bouche ou friandises – sucrés ou salés, servis avec une flûte de champagne… 🙂

j’aimerais vêtir nos mots doux avec tendresse et les colorer avec des baisers turquoise… je continuerais avec du gris-anthracite pour mes nuits sans toi et rouge volcanique pour mon aube avec toi… bleu-arctique pour mes rêves et mes sentiments, de l’or solaire pour l’amour absolu, avec 3 points de suspension jade pour l’espoir… je suis un point d’exclamation au-delà de tes émotions qui me comblent… tu es le tiret de notre dialogue lorsque mon silence fait une halte plus bruyante qu’un écho dans l’espace sidéral… nous devenons des parenthèses lancés loin par les dés du destin, avant notre départ sans retour…

je recherche des couleurs pour les virgules et les points d’interrogation, mais je sais que tu comprendras tous mes non-dits puisque leurs vocales transparentes nous vêtissent d’amour… rappelons-nous que certains mots sont comme des oiseaux en cage: une fois relâchés, ils ne nous appartiennent plus et nous ne les rattraperons jamais… même s’ils restent mystérieux, ils peuvent réapparaître dans notre vie, tôt ou tard… nous aimons le mystère car il est éphémère et parfois violent de douceur, comme un échange entre 2 amoureux: l’un arrive, l’autre l’attend ou vice-versa… le hasard n’existe pas, donc il n’a pas de mémoire: il n’y a que des “coïncidences préparées”.

This slideshow requires JavaScript.

motto:’Words are like acorns… Every one of ’em won’t make an oak tree, but if you just have enough of ’em, you’re bound to get a tree – sooner or later.'(William Faulkner) – @’words are like acorns…’ or appetizers and titbits – both sugary and salty, served with a flute of champagne… 🙂

I’d like to wrap our loving words with tenderness and to color them with turquoise kisses… I’d go on with anthracite gray for my nights without you and volcanic red – for my dawn with you… arctic blue for my dreams and my feelings, solar gold for absolute love – with three jade dots for hope… I am an exclamation mark beyond your emotions that overwhelm me, you’re our dialogue dash whenever my silence drops by – louder than an echo within the outer space… we both become parentheses cast away by the dice of fate before our no return departure…

I’m still searching colors for commas and question marks, but I know you’ll understand all my unspoken words since their transparent vowels cover us with love… let’s keep in mind that some words are like birds in a cage: once released, they don’t belong to us anymore and we’ll never catch them back… even though mysterious, they may show up again in our life, sooner or later… we enjoy mystery as it’s ephemeral and sometimes violently sweet, like an exchange between 2 lovers: one’s coming, the other one’s expecting him/her or vice versa chance(luck) doesn’t exist, so it has no memory: there are only ‘prepared coincidences’ 🙂
* * *
🙂 super-bonus: Mylène Farmer & Abe Laboriel – les mots(words): http://www.youtube.com/watch?v=gNJSd7LCYYQ

my dreamland – silent words…

le royaume de mes rêves… – Guðmunður MAGNÚSSON

laisse-moi t’emmener vers la steppe montagneuse
où les étés sont longs et heureux…
nous nous y enivrerons avec le parfum des fleurs
et avec les doux chants des oiseaux…
là-bas seulement je retrouverai la joie de vivre,
je me sentirai chez moi, attaché avec la même liane du cœur,
parce que tout ce que j’aime durera dans le royaume de mes rêves.
* * *
mots tus… – Hjálmar JÓNSSON

je connais bien le ton de ces notes,
pas besoin d’y rajouter autre chose…
le tonnerre du néant et du jugement
est dans les parages, son écho résonne dans mes tympans,
je le guette, je l’attends, et je me rappelle d’être condamné
à ouvrir grand mes yeux devant la Nature entière.

This slideshow requires JavaScript.

my dreamland… – Guðmunður MAGNÚSSON

let me take you to the mountainous steppe
where summers are long and happy…
we’ll get drunk with the scent of flowers
and the sweet songs of the birds…
it’s the only place where I’ll recover my joy of living,
and I will feel at home, tied-up with the same vine of the heart,
because everything I love will last inside the realm of my dreams.
* * *
silent words… – Hjálmar JÓNSSON

I do know the tone of these notes, no need to add something else,
a thunder of nothingness and judgment is around,
its echo resonates inside my ears, I do watch it,
I do expect it, and I still remember being sentenced
to open wide my eyes before the whole Nature.

%d bloggers like this: